ETHIOPIE, Voyage découverte : Gheralta et le Danakil, 15 JOURS (2015, 2016)

ETHIOPIE, Gheralta 10 jours

et avec le Danakil 15 jours

LES EGLISES RUPESTRES DU TIGRAI

LE TRIANGLE AFAR avec la DEPRESSION DU DANAKIL

Marchés haut de couleur et des paysages à couper le souffle

Eglises séculaires sur les hauts plateaux abyssiniens du Tigrai

Phénomènes naturels spectaculaires dans la région la plus basse de l’Afrique

Rencontre avec les Afar entêtés et leurs caravanes de sel légendaires

 

En petit groupe (minimum 6, maximum 12personnes)

 

Surtout la prolongation vers le Danakil est une expédition pour des voyageurs expérimentés et en forme, préférant la découverte au confort

Ce périple extraordinaire nous permettra de traverser des contrées en Ethiopie peu fréquentées par les visiteurs étrangers.  Les églises rupestres du Gheralta au Tigrai étaient un secret bien gardé du monde extérieur jusqu’en 1966.  Elles sont antérieures (de plus de 300 ans) aux églises plus connues de Lalibela.

Le Danakil, à l’est du Tigrai et s’étendant jusqu’à Djibouti, est le pays des Afar, des pasteurs/nomades qui vivent dans un environnement hostile.  La dépression du Danakil, qui fait partie de la grande faille africaine (ou vallée du Rift), est en fait le point le plus bas et le plus chaud du continent africain. Du fait de sa grande activité géologique, c’est également une des régions les plus spectaculaires au monde : le volcan Erta Ale, la région de Dallol et plusieurs lacs salés. 

 

1er jour, 5 février : BRUXELLES - ADDIS-ABEBA

Rendez-vous en fin d’après-midi à l’aéroport de Zaventem.  Départ par vol régulier  d’Ethiopian Airlines à destination d’ADDIS-ABEBA.

 

2e jour, 6 février : ADDIS-ABEBA – ANKOBAR

Le matin, arrivée dans la capitale éthiopienne. Accueil par notre guide local et possibilité de se rafraîchir dans un hôtel (quelques chambres de jour seront mises à la disposition de notre groupe).  Nous quittons Addis-Abeba pour prendre la direction de Debre Birhan.  Déjeuner en cours de route.  Nous traversons l’ancien royaume de Shoa, fief du futur empereur Ménélik II. Arrivée en fin d’après-midi à Ankobar, ancienne capitale royale de Menelik quand il était encore roi de Shoa.  Dîner et logement au Ankobar Lodge ou similaire.

 

3e jour, 7 février : ANKOBAR – Senbete - DESSIE

Petit déjeuner.  Départ pour Senbete où nous visitons le marché hebdomadaire, visité par les différentes ethnies qui vivent dans la région.  Plus petit que le marché de Bati,  y passer vaut la peine pour voir les femmes Oromo, habillées et parées traditionnellement.  Déjeuner en cours de route.

Continuation à Dessie.  Dîner et logement au Dessie Hôtel ou similaire.

 

4e jour, 8 février DESSIE - Bati – DESSIE

Après le petit déjeuner, première rencontre avec les Afar au marché de BATI.  Cette ethnie de nomades,

très indépendante, compte 3 millions de membres et occupe le “triangle Afar” en Erythrée, Ethiopie et à Djibouti.  Ce sont les vrais maîtres de la région du Danakil que nous allons découvrir les prochains jours.  Le marché hebdomadaire est l’occasion de rencontrer les ethnies voisines et de faire du commerce. La spécialité du lieu : les dromadaires.  Un évènement haut de couleurs. 

Retour à Dessie.

    

5e jour, 9 février : DESSIE – WOLDIYA  - ALAMATA

Petit déjeuner.  Continuation vers HAYK où nous faisons un petit arrêt au lac du même nom.  Sur la péninsule, nous verrons le monastère Hayk Istafanos, datant du 10e siècle et principal monastère en Ethiopie après la restauration de la ligne salomonique au 13e siècle. Malheureusement, son accès est interdit aux femmes.  Nous visitons le beau musée.   Par une belle route, nous poursuivons notre chemin vers Alamata.  Dîner et logement au Ethiopia Hotel ou similaire à Alamata.

 

6e jour, 10 février : ALAMATA - MEKELE

Petit déjeuner.  De Wollo, nous prenons la direction du Tigrai.  Aujourd’hui, nous allons traverser un paysage plus qu’impressionnant.  Après avoir franchi le col Assahoualé nous nous arrêtons au lac Hashenge, un lac d’eau légèrement saumâtre dans un cratère volcanique situé à 2400 m d’altitude.  Déjeuner en cours de route.  Après avoir traversée la dernière chaîne montagneuse faisant partie des hauts plateaux abyssiniens,  nous arrivons, en fin d’après-midi, à MEKELE, capitale de l’Etat du Tigrai. C’est l’empereur Yohannes IV qui, en 1881, fit de la ville sa résidence principale. Tour panoramique de la ville.  Si le musée est de nouveau ouvert, nous le visitons.  C’est l’ancien palais de l’empereur qui l’abrite.  La ville de Mekele est également le terminus pour les caravanes de sel provenant du Danakil.  Dîner et logement au Planet hotel ou similaire.    

    

7e jour, 11 février : MEKELE - WUKRO - HAWZIEN

Après le petit déjeuner, nous partons à la découverte de quelques-unes des illustres églises rupestres du Gheralta.  L’église semi-monolithique d’Abreha Atsbeha, est l’une des plus vénérées car, selon la légende, fondée par Frumentius et construite par les rois-jumeaux Ezana et Saizana au 4e siècle.  Il est plus que probable qu’elle ait été construite/creusée entre 700 et 1000 ans apr. J.-C. 

Déjeuner à Hawzien. 

L’après-midi, accompagné par un guide local, nous faisons une promenade/trekking pour nous rendre à l’église de Maryam Korkor, la plus grande église rupestre de la région.  Celle-ci ainsi que l’église de Daniel Korkor qui se trouve à côté, datent du 13e siècle.  Le chemin pour y arriver peut s’avérer difficile et à certains endroits cela monte fortement (donc il faut grimper), mais notre effort sera récompensé : une église superbe et un panorama à couper le souffle sur les plaines du Gheralta. 

(une visite alternative peut être organisée pour ceux qui le désirent)

Retour à Hawzien. Dîner et logement au Gheralta Lodge ou Korkor Lodge.   

 

8e jour, 12 février : HAWZIEN – le Gheralta  

Petit déjeuner.  Ce matin, visite de l’église de Maryam Papasetti dans les environs de Dugum.  Elle a été construite dans une grotte et nous l’atteignons après une bonne heure de marche (chemin facile).  Si de l’extérieur, elle ne semble pas si intéressante, les peintures à l’intérieur représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament nous surprendrons par leur originalité et leurs couleurs vives. 

Retour et déjeuner à WUKRO.

L’après-midi, nous visitons l’église semi-monolithique de Wurko Cherkos, une des plus anciennes de la

région.  Selon la population locale, elle daterait du 4e siècle mais il est plus que probable qu’elle soit du 9e ou 10e siècle. A l’intérieur, nous voyons de belles colonnes cruciformes avec des chapiteaux cubiques, une belle frise de style axoumite et une voûte cylindrique. 

Dîner et logement au Gheralta Lodge ou Korkor Lodge.   

  

9e jour, 13 février : HAWZIEN – MEKELE – ADDIS ABEBA – BRUXELLES

Après le petit déjeuner, nous quittons la montagne du Tigrai et roulons jusqu’à Wukro où nous disons au revoir aux voyageurs qui continuent vers la Dépression du Danakil.  Continuation avec le guide/chauffeur à Mekele où déjeuner.  Transfert à l’aéroport pour prendre le vol de Mekele à Addis à 16.50 h.  Arrivée à Addis et correspondance le soir vers Bruxelles ou arrivée le matin du 14 février (10e jour le 14 février).

ou

 

9e jour, 13 février : HAWZIEN – BERAHILE - HAMED ILA

Après le petit déjeuner, nous quittons la montagne du Tigrai et poursuivons notre route vers la dépression du DANAKIL, un des endroits les plus bas (jusqu’à 116 m sous le  niveau de la mer) du continent Africain : très chaud, très inhospitalier mais si mystérieux…

Le Danakil fait partie de la grande faille africaine et est, sur le plan géologique, une des régions les plus actives sur notre planète : un paysage lunaire, parsemé de volcans actifs et dormants, de lac salés préhistoriques et de sources d’eau chaude et de soufre.   A BERAHILE, nous nous arrêtons pour prendre nos guides locaux et gardiens afars. Nous apercevrons déjà les caravanes de dromadaires, qui chargés de blocs de sel, suivent la route entre le Dallol et Mekele.  De temps à l’autre, nous traverserons des villages afars et ne manquerons pas de nous y arrêter pour faire la connaissance de ces nomades fiers et courageux.

Il commence à faire bien chaud déjà car nous commençons à descendre bien en dessous du niveau de la mer.  Empruntant une piste assez difficile, nous arrivons en fin d’après-midi à HAMED ILA. Dîner et logement en camping en plein air.

 

10e jour, 14 février : HAMED ILA - DALLOL - LAC ASSALE  - HAMED ILA 

Petit déjeuner.  Puis la piste nous mène vers la plaines de DALLOL, un des endroits le plus chaud et le plus bas au monde.  Cette importante zone volcanique se caractérise par une forte activité, avec l’émission continue de fumerolles. Les gaz ont dû traverser une importante couche de sel et de potasse avant de parvenir à l’air libre ; les dépôts ayant formé de concrétions jaunes, orange et ocre dont certaines d’un mètre de haut. Très peu visité, le site que nous atteignons, après seulement 15-20 minutes de marche, est sublime !  Avec cette palette de couleurs chatoyantes et ces vasques d’acide, ce décor a des allures totalement irréelles !

Déjeuner pique-nique en cours de visite. Continuation vers le lac ASSALE (ou lac Karum) en traversant une plaine de sel.  C’est ici que les Afar creusent et coupent les blocs de sel pour les transporter vers Berahile et puis Mekele : un travail titanesque.

Retour à  HAMED ILA.  Dîner et logement en camping en plein air.

11e jour, 15 février : HAMED ILA - KURSAWAD - ERTA ALE  

Petit déjeuner.  Nous suivons les pistes pour arriver au volcan ERTA ALE, un des temps forts de notre programme.  Ce volcan d’une hauteur de 613 m est un des volcans les plus actifs dans la région et le seul dans le monde entier à posséder constamment un lac de lave en fusion. Cette “montagne qui fume” (en langue afar)  n’est étudiée que depuis 1967 du fait de sa situation particulièrement isolée.

Déjeuner à KURSAWAD.  Puis continuation au campement au pied du volcan.  avant d’entamer notre ascension du volcan (à pied ou à dos de dromadaire).  C’est au coucher du soleil, lorsque la température décline, que nous démarrons.  Après environ 4 heures de marche et 550 m de dénivelé, nous arrivons au camp supérieur, situé au bord de la caldeira. A la fois attirant et “effrayant”, nous sommes aux premières loges d’un spectacle naturel saisissant dans les entrailles de la terre… Nous retournons au camp pour passer le reste de la nuit, sous un ciel magnifiquement étoilé !

12e jour, 16 février : ERTA ALE - DODOM - LAC AFDERA   

Après une courte nuit, réveil matinal afin de profiter du lever de soleil sur le lac de lave en fusion et la caldeira de l’Erta Ale. Un moment privilégié pour observer l’activité éruptive !   , A la fraîche, emportant un peu d’eau et quelques biscuits, nous descendons par le même sentier que la veille jusqu’au camp de base à Dodom où le cuisinier nous attend avec un bon petit déjeuner. Puis continuation vers l’est, en direction du lac AFDERA (lac Afrera). 

Déjeuner pique-nique en cours de route. 

C’est un lac salé de 100 km² qui se situe à 103 m en dessous du niveau de la mer et qui est alimenté de rivières souterraines et sans sortie, ce qui explique la haute concentration en sel de ses eaux. 

Le site est étonnant avec ses eaux vert émeraude surplombées par le basalte noir des monts Boralé et Afdera, volcans endormis qui dominent ses rives est et sud. Tout comme le lac Assalé, il est depuis des siècles une source importante de sel, qui est extrait de la vaste croûte pour être transporté et vendu sur les hauts plateaux éthiopiens, mais ici, ce sont des Tigréens qui font le travail harassant.

Dîner et logement en camping en plein air.

 

13e jour, 17 février : LAC AFDERA - SEMERA   

Petit déjeuner. Puis nous prenons la piste vers SEMERA, la capitale de l’état d’Afar. 

Déjeuner pique-nique en cours de route. La ville de Semera est une ville artificielle, un peu comme celle de Brasilia mais en beaucoup plus petit et beaucoup moins impressionnante. Dîner et logement à l’hôtel Erta Ale Hotel ou similaire.   

14e jour, 18 février : SEMERA – ADDIS ABEBA   

Après le petit déjeuner, le temps est venu de quitter le Danakil éthiopien. Nous prenons le vol à l’aéroport de Semera vers Addis.  Arrivée à Addis et transfert à l’hôtel où chacun a sa chambre de jour.  Déjeuner libre à l’hôtel.  Après-midi et dîner libre.  Le soir, transfert à l’aéroport de Bole où, un peu avant minuit notre vol pour Bruxelles décollera. . 

 

15e jour, 19 février : ADDIS-ABEBA - BRUXELLES

Arrivée à Bruxelles tôt le matin.  Fin d’un beau voyage !

FORMALITES
Votre passeport international doit être valable au moins 6 mois après votre arrivée en Ethiopie.
L’obtention d’un nouveau passeport international prend 4 semaines. Faites votre demande à temps.
Visa requis pour l’Ethiopie. L’obtention du visa doit se faire via http://www.evisa.gov.et/ par vous-mêmes ou avec notre aide.
www.diplomatie.belgium.be

SANTE
Aucune vaccination n’est obligatoire si vous n’entrez pas en Ethiopie par un pays où la fièvre jaune est présente.
Informez-vous également auprès de :
- l’Institut de Médecine Tropicale, Anvers (Travel Phone : 0900/101.10) ou www.itg.be
- www.diplomatie.belgium.be


IMPORTANT
Etant donné la géographie du pays, la plupart des longs transferts s’effectuent en avion. Quant à l’hébergement, nous avons prévu des hôtels et logements offrant un rapport qualité-prix très correct. Comme le développement touristique y est encore assez récent, l’entretien de certains hôtels n’est pas toujours optimal. Les repas sont excellents, même s’ils manquent quelque peu d’originalité.
L’Ethiopie est une destination hors du commun qui enchantera particulièrement les voyageurs confirmés ou bien préparés.
Sachez également qu’il est possible que, pour des raisons qui échappent à notre volonté, un hôtel prévu soit remplacé par un autre de la même catégorie. Le programme est respecté dans la plupart des cas. Nous parcourons cependant parfois des régions moins développées. En cas de force majeure, un changement de programme peut donc s’imposer. Nous comptons dans ce cas sur votre compréhension.

Renseignements pour les photographes :
- dans le nord, on peut prendre des photos (parfois sans flash à l’intérieur des églises), mais filmer est souvent interdit ou autorisé moyennant paiement.
- dans le sud et auprès des tribus : comme nous visitons des régions et des tribus isolées, demandez toujours au guide ou à l’accompagnateur si vous pouvez photographier les personnes que vous allez rencontrer. Certaines tribus n’apprécient pas trop d’être photographiées, d’autres exigent une rétribution pour chaque prise de photo.
Lors des visites des tribus, le guide et l’accompagnateur essayeront de négocier à ce propos avant l’entrée aux villages. Ces paiements ne sont pas inclus dans le prix du voyage. Le budget à prévoir : +/- 5 birrs par personne photographiée.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now