ETHIOPIE, Voyage découverte : Harar, Awash et le Gheralta, 12 JOURS (2018)

DECOUVERTE DE REGIONS MOINS CONNUES DE l'ETHIOPIE

De la ville mythique d’HARAR à l’impressionnant massif du GHERALTA

  • Harar, la mythique, et le souvenir d’Arthur Rimbaud

  • La vallée de l’Awash, berceau de l’humanité

  • Marchés hauts en couleurs et paysages à couper le souffle

  • Eglises séculaires sur les hauts plateaux abyssiniens du Tigrai

 

Ce périple extraordinaire et varié nous permettra de traverser des contrées en Ethiopie peu fréquentées, à tort. La ville d’HARAR, dans l’est du pays, pendant des siècles la capitale d’un émirat, et ses murailles et son centre historique restés intacts, la route qui suit la vallée de l’AWASH (berceau de l’humanité) et le désert pour rejoindre les hauts plateaux d’Amhara et du Tigrai, et gagner ensuite une des plus belles régions du pays : le GHERALTA. Il n’y a vraiment pas assez de mots pour décrire la beauté de cette partie du pays. Les églises rupestres du Gheralta au Tigrai ont été un secret bien gardé du monde extérieur jusqu’en 1966. Elles sont antérieures (de plus de 300 ans) aux églises plus connues de Lalibela.

1e jour, 6 février : BRUXELLES - ADDIS-ABEBA

Rendez-vous en fin d’après-midi à l’aéroport de Zaventem. Départ par vol régulier Ethiopian Airlines à destination d’ADDIS-ABEBA.

 

2e jour, 7 février : ADDIS-ABEBA - DIRE DAWA - HARAR

Le matin, arrivée dans la capitale éthiopienne et correspondance pour Dire Dawa où nous arrivons vers midi. La ville fut fondée en 1902 sous le nom d’Addis Harar (Nouvelle Harar) pour servir d’arrêt sur la ligne de chemin de fer reliant Addis-Abeba à Djibouti. Déjeuner et visite de l’ancienne gare de Dire Dawa et ses ateliers d’entretien et réparation : archéologie industrielle véridique! Continuation vers HARAR, la mythique. Dîner et logement à l’hôtel Ras 2* (Harar).

 

3e jour, 8 février : HARAR

Petit déjeuner. Nous entamons la visite d’HARAR, cœur spirituel du pays pour les Ethiopiens musulmans et considérée par certains comme la 4e ville sainte de l’Islam après la Mecque, Médine et Jérusalem. La région fait partie d’une extension orientale des hauts plateaux abyssiniens et est un important centre de culture de café et de khat ! Grâce à son altitude (1900 m), le climat y est modéré et relativement frais. Pendant des siècles, la ville servit de plaque tournante sur les routes caravanières qui reliaient l’intérieur éthiopien à la corne d’Afrique et la péninsule arabe. Son histoire débute au 9e siècle, lorsque les Arabes musulmans traversent la mer Rouge et s’installent dans la région. L’émirat d’Adal, successeur de l’émirat d’Ifat, fait de la ville sa capitale en 1520. L’émir Ahmed Gragn, grand génie militaire, l’utilise à partir de 1527 comme point de départ pour ses attaques contre l’empire chrétien. C’est le début de l’âge d’or de l’émirat et, l’enceinte de la ville (entre autres) avec ses 4 mètres de haut et 5 portes d’entrée restée intacte jusqu’à nos jours, date de cette époque. A la fin du 19e siècle, Harar devient pour une courte période vassale de l’Egypte avant de tomber, en 1887, aux mains du roi de Shoa, le futur négus Ménélik II. C’est à cette époque tumultueuse que le poète français Arthur Rimbaud travaille à Harar et à Aden en tant que marchand d’armes. Nous visitons la vieille ville (Jugal) avec sa centaine de mosquées, ses ruelles étroites, le marché des chevaux, l’église Medane Alem et ses tombes d’émirs et cheiks. Le centre historique a été déclaré patrimoine mondial de l’Unesco. Nous visitons le palais de noces de Ras Tafari, gouverneur de la ville, sous l’impératrice Zawditu et futur empereur Hailé Sélassié. Visite également de la soit-disant maison de Rimbaud, ancienne demeure de négociants qui abrite actuellement un intéressant musée. La nouvelle ville, en dehors des murs, est un agréable mélange de cultures Oromo, Somali, Amhara et arabe. Le soir, nous rendons visite au célèbre Hyena Man de Harar. Dîner et logement à l’hôtel Ras 2*.

 

4e jour, 9 février : HARAR - PARC NATIONAL D’AWASH

Après le petit déjeuner, nous prenons la direction ouest. Notre destination est le PARC NATIONAL D’AWASH, un des principaux parcs de l’Ethiopie et une immense étendue de savane arborée, dominée par le volcan Fantale (2007 m d’altitude). Déjeuner en cours de route ou à notre arrivée. Entretemps, nous aurons rejoint la vallée du Rift. En fin d’après-midi, nous faisons une promenade en véhicule dans le parc qui tire son nom de la rivière Awash qui le traverse. Il est bordé au sud par de profondes gorges de 150 m et possède d’impressionnantes chutes d’eau. Ce vaste parc est l’habitat d’oryx beixa, de gazelles, de dikdiks, de kudus et de plus de 450 espèces d’oiseaux (aquatiques). Dîner et logement au Awash Falls Lodge/Genet Hotel 3* (Awash).

 

5e jour, 10 février : PARC NATIONAL D’AWASH - MILLE/HADAR - SEMERA

Petit déjeuner matinal. Nous suivons la rivière Awash qui continue son cours dans la vallée du Rift et traversons un paysage de plus en plus désertique. Nous sommes dans la région des Afars et pouvons apercevoir leurs habitations le long de la route. Ils vivent de leurs troupeaux et de l’exploitation du sel. Poursuite de notre descente. Nous passerons de 1000 m d’altitude et plus à Awash à 500 m à Mille. Et au-delà, nous irons jusqu’à 120 m en dessous du niveau de la mer (volcan du Dallol). Dans cette partie du Rift, nous marchons littéralement dans les traces de nos plus anciens ancêtres ! C’est ici qu’une équipe de paléontologues a trouvé en 1974 les restes de l’Australopithecus Afarensis (surnommé Lucy ou Diknish) datant d’il y a plus de 3,5 millions d’années. Et depuis lors, on a trouvé d’autres traces d’hominidés qui datent de près de 6 millions d’années. Bien évidemment, le paysage à cette époque était tout à fait différent du désert aride que nous voyons aujourd’hui : une savane verdoyante située à environ 1000 m d’altitude. Toute la région a été déclarée patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Déjeuner pique-nique en cours de route. Via Mille, arrivée à Semera, dîner et logement à l’hôtel Erta Ale 2* (Semera).

 

6e jour, 11 février : SEMERA - BATI - KOMBOLCHA/DESSIE

Après le petit déjeuner, nous quittons cette très intéressante région et prenons la route pour Kombolcha en direction des hauts plateaux abyssiniens. Première rencontre avec les Afar au marché de BATI. Cette ethnie de nomades, très indépendante, compte environ 3 millions d’âmes et occupe le “Triangle Afar” en Erythrée, Ethiopie et à Djibouti. Ce sont les véritables maîtres de la région du Danakil que nous allons découvrir les prochains jours. Le marché hebdomadaire est l’occasion de rencontrer les ethnies voisines (Oromo, Amhara et Somali) et de faire du commerce. La spécialité du lieu : les dromadaires. Un évènement haut en couleurs. Déjeuner en cours de route. Continuation vers KOMBOLCHA/DESSIE. Dîner et logement à l’hôtel Sunny Side ou Time 3* (Kombolcha/Dessie)

 

7e jour, 12 février : KOMBOLCHA/DESSIE - WOLDIYA/ALAMATA

Petit déjeuner. Continuation vers HAYK où nous faisons un petit arrêt au lac éponyme. Sur la péninsule, nous verrons le monastère Hayk Istafanos datant du 10e siècle. Un des plus importants moines éthiopiens, Abba Iyassus Moa, s’y installa après la restauration de la ligne salomonique au 13e siècle pour en faire monastère le plus influent en Ethiopie pour les trois siècles à venir. Nous visitons le beau musée qui héberge le trésor de l’église. Les dames n’étant pas admises à Hayk Istafanos peuvent visiter le couvent des religieuses Margebeta Giyorgis, situé dans les environs. Puis un bel itinéraire nous mène à Woldiya ou Alamata.
Dîner et logement au Lal Hotel 2* (Woldiya) ou Meaza/Tadele Hotel 2* (Alamata).

 

8e jour, 13 février : WOLDIYA/ALAMATA - MAYCHEW - MEKELE

Petit déjeuner. Nous prenons la route vers Maychew via Korem. Une ascension d’environ 1000 m qui nous permet de traverser un paysage époustouflant : des vallées verdoyantes parsemées de petites rivières où paissent des troupeaux de bétail, des villages typiques et une population authentique. Une toute autre image que celle que nous avons généralement de l’Ethiopie. Après avoir franchi le col Assahoualé, nous nous arrêtons au lac Hashenge, lac de cratère aux eaux légèrement saumâtres situé à 2400 m d’altitude. C’est ici qu’en 1542 Christophe da Gama (fils de) a été capturé et exécuté par Ahmed Gragn lors d’une bataille entre les forces de l’empire chrétien et celles de l’émir d’Harar. Déjeuner en cours de route. Après avoir traversé la dernière chaîne montagneuse faisant partie des hauts plateaux d’Abyssinie, nous arrivons, en fin d’après-midi, à MEKELE, capitale de l’Etat du Tigrai. C’est l’empereur Yohannes IV qui, en 1881, fit de la ville sa résidence principale. Visite du palais impérial, restauré l’année dernière et converti en musée. La ville de Mekele est également le terminus pour les caravanes de sel provenant du Danakil. Dîner et logement au Planet / Desta Hotel 3* (Mekele).

 

9e jour, 14 février : MEKELE - WUKRO - GHERALTA

Après le petit déjeuner, rendez-vous au tout nouveau musée archéologique de WUKRO qui présente une très belle collection d’objets de l’ère préaxoumite qui ont été trouvés lors des fouilles faites dans les environs. Puis découverte d’une petite église rupestre au nord de Wukro, faisant partie du groupe de Teka Tesfai. Datant du 9e siècle, l’église de Mikael Melehayzenghi est unique en raison de sa coupole de trois mètres de haut, joliment décorée de style axoumite. Continuation vers HAWZIEN où nous déjeunons. Le GHERALTA est sans aucun doute une des plus belles régions de l’Ethiopie. Ce haut plateau parsemé de montagnes aux formes étranges et spectaculaires résulte d’une érosion millénaire. On y trouve une quarantaine d’églises, creusées dans la roche, toutes décorées de peintures et de fresques. Certaines sont facilement accessibles, d’autres demandent un plus grand effort physique.
L’après-midi, accompagné par un guide local, nous effectuons une promenade/trekking pour nous rendre à l’église de Maryam Korkor, la plus grande église rupestre de la région. Celle-ci ainsi que l’église de Daniel Korkor qui se trouve tout à côté, datent du 13e siècle. Le chemin pour y arriver peut s’avérer difficile et à certains endroits cela monte fortement (il faut donc grimper), mais notre effort sera récompensé : une église superbe et un panorama à couper le souffle sur les plaines du Gheralta.
(une visite alternative peut être organisée pour ceux qui le désirent)
Retour à Hawzien. Dîner et logement au beau Gheralta Lodge ou Korkor Lodge 3* (Gheralta).

 

10e jour, 15 février : GHERALTA

Petit déjeuner. Ce matin, visite de l’église de Maryam Papasetti dans les environs de Dugum. Elle a été construite dans une grotte et nous l’atteignons après une bonne heure de marche (chemin facile). Si de l’extérieur, elle ne semble pas si intéressante, les peintures à l’intérieur représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament nous surprendrons par leur originalité et leurs couleurs vives.
Déjeuner. L’après-midi, visite de l’église Abuna Abraham à Debre Tsion. Une promenade et montée assez difficile mais qui vaut la peine : l’église possède de très belles peintures à l’intérieur et le trajet offre de superbes panoramas.
(une visite alternative peut être organisée pour ceux qui le désirent)
Retour à Hawzien. Dîner et logement au beau Gheralta Lodge ou Korkor Lodge 3*.

 

11e jour, 16 février : GHERALTA - MEKELE - ADDIS-ABEBA

Petit déjeuner. Le moment est venu de quitter le Gheralta, mais pas sans s’être arrêtés à l’une des plus intéressantes églises de la région. L’église semi-monolithique d’Abreha Atsbeha est l’une des plus vénérées car, selon la légende, fondée par Frumentius et construite par les rois-jumeaux Ezana et Saizana au 4e siècle. Il est plus que probable qu’elle ait été construite/creusée entre 700 et 1000 ans apr. J.-C. Belle situation, accès facile, très bel intérieur : notre périple se termine de façon idéale.
Déjeuner à Wukro et continuation vers Mekele. Quelques chambres de jour seront mises à notre disposition pour nous rafraîchir. Le soir (vers 21h40), nous prenons le vol à destination d’Addis-Abeba où nous attend notre correspondance vers minuit pour Bruxelles.

12e jour, 17 février : BRUXELLES

Arrivée à Bruxelles le matin. Fin d’un beau voyage

FORMALITES
Votre passeport doit être valable encore 6 mois après votre retour
Visa requis pour l’Ethiopie. L’obtention du visa se fait via le site web https://www.evisa.gov.et/
www.diplomatie.belgium.be

PASSEPORT
L’obtention d’un nouveau passeport international prend 4 semaines. Faites votre demande à temps.

SANTE
Aucune vaccination n’est obligatoire pour l’Ethiopie.
Informez-vous également auprès de :
- l’Institut de Médecine Tropicale, Anvers (Travel Phone : 0900/101.10) ou www.itg.be
- www.diplomatie.belgium.be

IMPORTANT
Une partie de ce voyage parcourt des régions non développées. Ce voyage inclut plusieurs longs trajets en minibus mais vous verrez toujours des paysages différents et époustouflants
Quant à l’hébergement, nous avons prévu des hôtels et des logements d’un rapport qualité-prix très correct. Comme le développement touristique y est encore assez récent, l’entretien de certains hôtels n’est pas toujours optimal. Les repas sont excellents, même s'ils manquent quelque peu d'originalité.
Ce voyage en Ethiopie est un périple hors du commun qui enchantera particulièrement les voyageurs confirmés et bien préparés qui veulent visiter des endroits dont beaucoup en rêvent. Quelques promenades peuvent s’avérer assez lourdes, mais il y a des alternatives pour ceux qui le désirent.
l'Organisation et ses partenaires sur place font tout pour que ce voyage se déroule dans les meilleures conditions et les plus sûres possibles. Des cas de force majeure peuvent cependant toujours se produire. En cas d’évènements inattendus, un changement de programme peut donc s’imposer. Vos accompagnateurs et l’équipe locale prendront, si nécessaire, cette décision. Votre inscription à ce voyage implique votre accord avec ce qui précède.

Limitez votre bagage à 20 kg par personne !

Renseignements pour les photographes :
- Au Tigrai, dans le Gheralta, on peut prendre des photos (parfois sans flash à l’intérieur des églises), mais filmer est souvent interdit ou autorisé moyennant paiement.
- Dans les régions d’Harar et de Awash, demandez toujours au guide ou à l’accompagnateur si vous pouvez photographier les personnes que vous allez rencontrer. Certaines tribus n’apprécient pas trop d’être photographiées, d’autres exigent une rétribution pour chaque prise de photo.
Ces dépenses ne sont pas incluses dans le prix du voyage.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now